Étiquettes

, ,

« Il est étrange de voir [… que] les anges font naître l’âme de la beauté »

(James Joyce à Nora Barnacle)

Elle a pour son amant, une sorte de tendresse infinie. Pour lui, c’est là une chose si nouvelle qu’il en est heureux comme seul un enfant peut être rempli de joie.

Ils ont, l’un pour l’autre les gestes de l’amour. Quand ils se touchent, ils se cherchent dans l’incertitude du soir. Ils savent pourtant qu’ils ne peuvent atteindre le coeur de leur passion dans cette nuit qui les sépare sans fin.

Pour leur bonheur un ange veille. Dans leur rêve, dans leur vie, l’ange les habite parfois. Il met leur corps à nu, dans l’innocence de toujours. Leur désir est celui que l’ange, homme ou femme comme nul ne doit l’ignorer, leur donne soudain.

Elle qui songe à son amant reçoit du sexe de l’ange la brûlure de l’amour. Lui qui l’embrasse, reçoit de son ange, aux ailes délicates, aux seins de brume et de soie, la clarté de la beauté et la lumière d’une âme nouvelle.

Publicités